Médecins et Horaires
des consultations


Autres professionnels de la santé

Gardes

Info santé / activités

Collaborations

Contact / itinéraire / secrétariat

Liens utiles
 
 

 

Info sante / Activites

Conseils généraux

Réunion pluridisciplinaire mardi 18 septembre. (résistance aux AB)
Définition : antibiotiques
Les antibiotiques sont des substances, élaborées par un organisme vivant ou produites par synthèse,
qui sont capables d’inhiber la croissance d’un microorganisme (le plus souvent une bactérie), voire de le détruire.
Ils agissent par plusieurs mécanismes (exemple : empêcher la production de la paroi de la bactérie, inhiber la production de certaines protéines constituantes de la bactérie). Il est important de dire à ce stade que les AB ne sont pas actifs contre les virus et sont donc inefficaces et d’usage inapproprié dans les maladies virales.

Définition : résistance aux antibiotiques
La résistance aux antibiotiques est la capacité d'un micro-organisme de résister aux effets des antibiotiques : les bactéries se dotent d’outils pour lutter contre la menace liée aux antibiotiques, ceux-ci sont des protéines bactériennes synthétisées par des gènes bactériens.
Ces gènes de résistance peuvent être constitutifs (la souche bactérienne est de nature résistante à un AB donné) ou acquis (la bactérie se dote d’un gène de résistance par une mutation aléatoire ou par un échange d’un gène de résistance [transfert horizontal] entre bactéries). Si une bactérie est porteuse de plusieurs gènes de résistance pour différents antibiotiques, elle est appelée multirésistante.

Mécanismes de la résistance aux antibiotiques
La résistance aux antibiotiques peut intervenir par le biais d'un ensemble de mécanismes : modification du lieu où se fixe l’AB dans la bactérie, destruction de l’AB par un enzyme fabriqué par la bactérie, réduction de la capacité de l’AB à pénétrer dans la bactérie, etc

Causes de la résistance aux antibiotiques
La résistance aux antibiotiques est la conséquence de l'évolution par sélection naturelle. L'action de l'antibiotique exerce une « pression sélective » dans l'environnement; les bactéries présentant une mutation leur permettant de survivre continuent de se reproduire. Elles transmettent à leur descendance leur gène de résistance et donnent une génération de bactéries pleinement résistantes.
Plusieurs études ont démontré que le mode d'utilisation des antibiotiques comme phytopharmaceutique sur des plantes, comme adjuvant alimentaire ou médicament chez les animaux d'élevages, y compris poissons (pour une croissance accélérée des animaux d'élevage), et comme médicament chez l'homme, influe fortement sur le nombre d'organismes résistants qui se développent.
Ainsi en médecine, divers facteurs contribuent aux résistances : diagnostics incorrects, prescriptions abusives (antibiotiques inappropriés ou trop puissants), utilisation inappropriée d'antibiotiques par les patients,…

Et en médecine de première ligne ?
La résistance aux AB le plus fréquemment utilisés en première ligne de soins est surtout liée à la capacité acquise par les bactéries de produire une enzyme qui détruit la molécule d’antibiotiques comme l’amoxicilline (Clamoxyl) ou encore les céphalosporines (Duracef, Zinnat, etc). En réalité, il s’agit d’une famille d’enzymes qui  sont appelées les béta-lactamases.
Certaines béta-lactamases sont très efficaces et détruisent de nombreux AB différents : il s’agit des béta-lactamases à spectre étendu (BLSE).
Le Centre de Santé Intégrée des Carrières vient de participer à une étude commanditée par le FNRS visant à évaluer le nombre de personnes porteuses de souches bactériennes dotées de gènes de type BLSE.
L’Augmentin et les médicaments génériques de la même composition (Amoclane, Amoxiclav) sont des médicaments qui associent de l’amoxicilline et un produit (acide clavulanique) qui empêche l’action de certaines béta-lacatamases, dans certaines conditions.

Message multidisciplinaire
L’ensemble des prestataires de santé de première ligne doivent avoir conscience du rôle qu’ils peuvent jouer en matière de résistance aux AB.
Pour contribuer à éviter la survenue de résistances : éviter les prescriptions abusives d’AB et leur usage inapproprié, savoir et faire savoir que les affections virales ne constituent pas de bonnes indications pour une antibiothérapie.
Pour éviter la dissémination des souches bactériennes résistantes :  respecter des mesures strictes d’hygiène (matériel à usage unique, lavage des mains avec des solutions hydro-alcooliques,…) ; appliquer (avec discernement) des mesures d’isolement des patients porteurs de bactéries multirésistantes.DG, septembre 2007
Carence en vitamine D dans la population belge

Vitamine D
La production de vitamine D au sein de l’organisme est essentiellement dépendante de l’exposition au soleil. Les personnes qui s’exposent peu aux rayons ultra-violets ont plus de risques d’être carencées en vitamine D.
Depuis de nombreuses années, on reconnaît à la vitamine D un rôle préventif en matière d’ostéoporose, surtout en association avec le calcium : l’administration préventive de vitamine D permet par exemple d’éviter des fractures du col du fémur chez les personnes âgées.
Diverses études plus récentes ont démontré d’autres effets bénéfiques de la vitamine D : amélioration de la faiblesse musculaire (prévention des chutes chez le sujet âgé !!) mais aussi diminution de la fréquence de certains cancers (de la prostate, par exemple) ou des maladies cardio-vasculaires.

Carence
Une carence en vitamine D est très fréquente chez la femme âgée ménopausée : cela a été démontré par de nombreuses études internationales.
Une récente recherche menée au Département de Médecine Générale de l’Université de Liège a montré qu’il existait également une carence majeure en vitamine D dans la population âgée masculine : seuls 2 patients sur les 291 hommes de plus de 65 ans soumis à un dosage présentaient un taux de vitamine D satisfaisant ! 79 % des résidents de maison de repos étaient en carence sévère ainsi que 59 % des patients vivant à domicile.   

Traitement systématique
Ces résultats, confirmés par d’autres publications, laissent penser que le traitement systématique des personnes âgées pourrait être recommandé.
L’administration d’une seule ampoule par mois de vitamine D (D-Cure) est suffisante. Son coût est inférieur à un euro par mois et la délivrance en pharmacie ne demande pas d’ordonnance.
S’il est vrai que l’absorption en quantité excessive de vitamine D peut être toxique, on ne décrit des effets négatifs qu’à partir d’un dosage de 2 ampoules par jour !

Conclusion
La littérature scientifique suggère actuellement l’intérêt d’administrer mensuellement une ampoule de vitamine D à tous les patients âgés de plus de 65 ans.

Message pluridisciplinaire
Toutes les disciplines de la santé intervenant à domicile peuvent contribuer à améliorer la régularité de prise d’une ampoule mensuelle de vitamine D dans la population âgée : notamment en expliquant au patient l’intérêt de cette prise régulière et en l’aidant à ne pas oublier cette action préventive simple et efficace.
Drs StG et DG, septembre 2007

DMG (Dossier Médical Global)

Chaque année, il est intéressant de vous souvenir de renouveler votre DMG (Dossier Médical Global) auprès de votre médecin traitant. Si cela n’a jamais été fait, c’est l’occasion d’en ouvrir un !

Que signifie le « Dossier Médical Global » ?
C’est un « contrat » passé entre vous et le médecin généraliste de votre choix. Le médecin désigné s’engage à tenir un dossier complet comprenant les données médicales, sociales et administratives vous concernant. On y trouvera entre autre les maladies ou opérations subies, les vaccins reçus, les allergies connues, les traitements suivis, les rapports de spécialistes, les résultats de prises de sang ou de radio.

Le médecin gestionnaire de votre DMG a pour mission de fournir, à votre demande, tous les renseignements utiles pour tout autre thérapeute consulté. Si vous vous rendez chez un spécialiste vous lui donnerez le nom de votre généraliste afin qu’il lui adresse un rapport qui viendra compléter votre dossier. Ainsi, cela devrait vous éviter de subir inutilement plusieurs fois le même examen pour des médecins différents et donc, de permettre des économies en matière de santé.

« Si je veux un dossier médical global, que dois-je faire ? »
Pour bénéficier du DMG, vous devez en faire la demande au médecin de votre choix lors d’une consultation au cabinet. Si vous avez plus de 75 ans ou que vous souffrez d’une maladie chronique reconnue (*), cela peut aussi se faire lors d’une visite à votre domicile.
Le médecin vous posera peut-être quelques questions afin d’ouvrir ou de compléter votre dossier. Il vous réclamera un supplément d’honoraires (actuellement environ 18 euro) et mentionnera sur votre attestation de remboursement le code 102771 qui vous assurera un remboursement immédiat et intégral de ce montant auprès de votre mutuelle. Par cette démarche, vous désignez le médecin gestionnaire de votre dossier jusqu’à la fin de l’année suivante. Vous ne pouvez effectuer cette demande qu’une seule fois par année civile. Vous n’avez aucune autre démarche à effectuer, votre mutualité enregistrera automatiquement cette donnée et procèdera à votre remboursement.

« Quels sont mes avantages ? »
« Personne n’est obligé de confier la gestion de son Dossier Médical Global à son médecin généraliste mais ce n’est pas très intelligent de ne pas le faire. », peut-on lire sur le site d’une mutuelle…
En effet, cela ne vous coûte rien et vous assure un meilleur suivi et un meilleur remboursement.
Il est vrai que la plupart des médecins élaborent déjà un dossier médical mais le DMG assure une centralisation des différents examens que vous subissez et aide votre généraliste à mieux vous suivre. Pour cela, il est évidement souhaitable que vous communiquiez les coordonnées du gestionnaire de votre DMG en cas d’examens ou d’hospitalisations.
L’instauration du DMG vous permet ensuite d’obtenir 30 % de réduction de votre intervention financière personnelle (appelée « ticket modérateur »), comme décrit plus bas.

« A combien s’élève mon avantage financier ? »
Voici sous forme de tableau, votre participation financière personnelle (« le montant que vous sortez en définitive de votre poche ») :

 
Assuré normal VIPO
VIPO
 
Avec DMG
Sans DMG
Avec DMG
Sans DMG
Consultation au cabinet
3.29
4.70
1.09
1.21
Visite à domicile (°)
6.12 (°)
9.75 ou 8.75 (°)
1.39 (°)
1.99 (°)

(°) : ATTENTION, pour les visites à domicile, vous n’avez droit au remboursement « avec DMG » que si vous êtes un malade chronique reconnu (*) ou un patient de plus de 75 ans.

« Et si je vais voir un autre médecin généraliste ? »
Vous garderez l’avantage financier que vous assure le DMG. Vous restez donc tout à fait libre dans le choix de votre médecin mais en cas d’examen, il est conseillé que le responsable de votre DMG en reçoive une copie.


« Et si je souhaite changer de médecin traitant ? »
Vous garderez les avantages financiers du DMG mais vous serez contraint d’attendre le début de l’année civile qui suit pour désigner ce nouveau médecin comme gestionnaire de votre dossier. Comme expliqué plus haut, la démarche « DMG » ne peux se faire qu’une fois par année civile.


« Quelle est la place du DMG dans le cadre d’un centre de santé intégrée comme le CSI des Carrières ?
Les 6 médecins du CSIC utilisent un système commun de gestion informatique des dossiers médicaux. Si vous êtes un patient habituel du CSIC, demandez à votre médecin habituel d’effectuer la démarche relative au DMG : ceci sera mentionné dans votre dossier et, comme décrit plus haut, le bénéfice financier vous sera acquis lorsque vous rencontrerez votre médecin habituel ou encore lorsque, occasionnellement, un autre médecin de l’équipe du CSIC le remplacera. Notre volonté est de maintenir une gestion efficace des dossiers médicaux, autorisant une bonne continuité des soins au sein de l’équipe.

Nous espérons vous avoir bien renseigné sur ce sujet et souhaitons pouvoir encore mieux vous suivre grâce au DMG.

Les Médecins du Centre de Santé Intégrée des Carrières.

* « Qu’entend-on par maladie chronique ? »
Les malades chroniques sont des patients qui se trouvent dans une des situations suivantes :
1. avoir reçu l’accord du médecin-conseil pour un forfait B ou C pour des soins infirmiers à domicile pour une période d’au moins 3 mois.
2. avoir reçu l’accord du médecin-conseil pour de la kinésithérapie pathologie lourde, pour une période d’au moins 6 mois.
3. bénéficier d’allocations familiales majorées.
4. répondre aux conditions d’octroi d’une allocation d’intégration ou d’une allocation d’aide aux personnes âgées dans le régimes des allocations aux handicapés.
5. bénéficier d’une allocation pour l’aide de tierce personne dans l’ancien régime des handicapés.
6. bénéficier d’une allocation majorée « aide de tierce personne ».
7. totaliser 6 hospitalisations ou 120 jours d’hospitalisation au cours de l’exercice concerné et de l’exercice précédent. Les jours de dialyse et d’hospitalisation de jour remboursés par la mutualité sont pris en considération pour l’établissement de ce total.

Janvier 2005 : Changement de prix (contraception)

La contraception.

il existe plusieurs moyens de contraception, le choix de l’un ou de l’autre dépend de plusieurs facteurs :
-l’âge
-le fait d’avoir ou de n’avoir jamais eu de grossesse
-le risque d’exposition aux maladies infectieuses (plusieurs partenaires,…)
-…

On trouve :

-des stérilets : dispositifs en cuivre avec ou sans progestérone. Les stérilets classiques ont tendance a augmenter l’abondance et la durée des règles.
Ex. : multiload°, nova-t° . le prix est d’environ 35 euros(de 27 à 40 ) mais, pour les < de 21 ans : le remboursement sera total à partir du 1er janvier 2005.
Une nouvelle génération de stérilets (plus coûteux)apportent une solution aux règles trop abondantes grâce à leur composition hormonale, mais ils sont plus coûteux
Ex. : Mirena°, prix aux alentours de : 124 euros.(99 euros pour les moins de 21 ans).
Un autre stérilet le Gynéfix°, coûte 63,96 euros (38,38 euros pour les < de 21 ans)

-des pilules : comprimés contenant progestérone et œstrogène
Différents dosages possibles…

NOUVEAUTE :

Dès le moins de janvier, certaines pilules perdent leur remboursement, elle reviendront donc plus chères aux usagers.

Nouveau remboursement des contraceptifs pour la jeune fille de moins de 21 ans : En principe, c’est le pharmacien qui effectue directement la réduction au passage de la carte sis, il applique la règle du « troisième payeur » .

Trigynon° :15,05 au lieu de 12,04
6,77 pour < de 21 ans.

Triodène° :18,37 au lieu de 14,70
8,26 pour < de 21 ans.
Cilest° 16,68 pas de changement
7,51 pour < de 21 ans
Minulet° :16,68
7,51 pour < de 21 ans.
Harmonet° : : 16,68 euros
7,51 pour < de 21 ans.
Méliane° : 16,68 au lieu de : 13,34)
7,51 pour < de 21 ans.
Fémodène° : 16,68
7,51 pour < de 21 ans. Mercilon° : 16,68 euros
9,89 pour < de 21 ans.
DESORELLE 20 : c’est le générique du mercilon : 9,87
3,08 pour < de 21 ans.
Marvelon° : 15,17 euros
9 pour < de 21 ans.
DESORELLE 30 : c’est le générique du marvelon :6,98
2,61 pour < de 21 ans
Gracial° : 20,21 euros
8,08 pour < de 21 ans.
Lowette° : 24,17 euros
9,67 pour < de 21 ans.
Yasmin° : 27,59 euros
16,55 pour < de 21 ans.
Mirelle° : 21,02 euros
8,41 pour < de 21 ans.
Ovidol° : 13,96 euros
10,47 pour < de 21 ans.

Microgynon 30° : 7,99 euros
Microgynon 50° : 7,66
Microlut ° : 11,45 CELLES-CI sont TOUTES
Néogynon 21° : 7,66 gratuites pour les moins de 21 ans
Ovysmen ° : 9,49
Stédiryl 30 ° : 7,99
Stédiryl-d° : 7,14
Binordiol° : 9,87
Minestril 20° :10,09
Minestril 30° : 9,82
Nova-t, multiload, mithra flexi-T/ entre 27 euros et 40 euros.

Diane 35° : prix inchangé : 24,05 euros mais il existe maintenant des génériques de la diane 35 : MERCK-ELISA 35 : 17,75 pour < et > de 21 ans.
DOC-CYPROESTRA : 17,50 pour < et > de 21 ans.
DAPHNE : 24,03 idem
GRACIELLA 35 : 19,18 idem


Enfin, trois autres moyens de contraception existent :

Le nuvaring :

C’est un anneau a placer au fond du vagin et à laisser en place 3 semaines, les règles surviennent pendant la 4ème semaine. 3 anneaux coûtent 35,64 euros (pour les moins de 21 ans : 28,51 euros).

Le patch : EVRA :

C’est un patch a placer pour une semaine, durant 3 semaines successives, les règles surviennent à la 4ème semaine. 9 patches coûtent 34,05 euros (pour les moins de 21 ans, ils reviennent à 27,24 euros).

L’implanon :

Il n’est pas la méthode contraceptive de choix :
Les effets secondaires sont de fréquents saignements intermittents (spotting). c’est un implant placé en sous-cutané dans l’avant bras pour une durée de trois ans. Son prix est de 132,05 euros pour les plus de 21 ans. Pour les plus jeunes, il revient à 105,64 euros.

La contraception du lendemain :

Norlevo° est gratuite pour les < de 21 ans et s’élève à 9,85 euros pour les autres.

La contraception chez la femme qui allaite :

Cézarette° :22,35 euros
13,41 pour les < de 21 ans.

Les diarrhées chez l'enfant

Comment éviter les complications d’une gastro-entérite ?

1. - Dans tous les cas, REHYDRATATION durant 24 heures : boire beaucoup, au moins deux litres ( voire trois litres en cas de chaleur importante ) par jour de boissons sucrées et salées ( coca sans gaz, eau grenadine potages ) en petites quantités, très souvent.

Pour les enfants en bas âge, il existe des solutions de réhydratation.

Eviter le lait et les jus de fruits. Donc, pas d’alimentation solide mais uniquement liquide.

 


2. - PERENTEROL° :
adultes : 2 gélules, 4 fois par jour
enfants : 1 gélule par kilo, par 24 heures ( max. 8 gélules )
jusqu’à ce que les selles aient un aspect normal.

3. - Après 24 heures de réhydratation, on recommence une alimentation légère : riz blanc, pâtes blanches, viande blanche, carottes, sans matière
grasse et toujours réhydratation importante.
Pour les jeunes enfants : réintroduire progressivement le lait.

4. - En cas de VOMISSEMENTS,
adultes : Motilium° 1 comprimé 4 fois par jour, ¼ d’heure avant les repas.
enfants : Motilium° sirop 1 mesure de poids corporel 4 fois par jour, ¼ d’heure avant les repas.

5. - Si la diarrhée est accompagnée de FIEVRE ou de SELLES SANGLANTES
ou GLAIREUSES, ajouter aux 4 points précédents
adultes : Tarivid° 400 1 comprimé 1 fois par jour pendant 5 jours.
enfants ( en dessous de 18 ans ) : Bactrim°.
ATTENTION : si allergies à certains médicaments, me consulter !

6. - Ayez toujours à portée de main de quoi faire baisser la fièvre :
Aspirine, Paracétamol… car vous vous déshydraterez encore plus vite avec
de la fièvre.

7. - PREVENTION de la DIARRHEE :
- Eviter de boire de l’eau du robinet dans les pays à risques.
- Eviter les glaçons dans les boissons ( qui sont souvent faits avec
l’eau du robinet ).
- Eviter les crudités, éplucher toujours les fruits.

Toxoplasmose et grossesse

Qu'est-ce que la toxoplasmose ?

La toxoplasmose est une affection très fréquente et généralement bénigne ou inapparente. Néanmoins, si elle survient chez une femme enceinte, le nouveau-né peut être atteint par une forme sévère, appelée toxoplasmose congénitale, qui peut entraîner des malformations graves.

Un des symptômes de la toxoplasmose, quand ils sont présents, est un gonflement des ganglions lymphatiques accompagné parfois de maux de tête ou de gorge.

La toxoplasmose est un parasite commun à de nombreux animaux et à l'homme ; ce dernier est le plus souvent contaminé par l'ingestion de kystes contenus dans des viandes infestées, crues ou mal cuites, ou par contact avec le chat, dont les fèces peuvent être infectées.


Comment prévenir la toxoplasmose chez la femme enceinte ?

Une infection congénitale ne se produit que si la mère contracte la toxoplasmose aiguë en cours de grossesse. Une femme infectée avant la grossesse est immunisée et ne court donc en général aucun risque

.
Afin de réduire le risque de la maladie, une femme enceinte devrait :

Éviter de vider la litière du chat, ou du moins, porter des gants si elle doit le faire et se laver les mains ensuite ;

Ne manger que de la viande suffisamment cuite (l'américain est évidemment proscrit ) ; la cuisson de la viande à 50°C pendant 30 minutes ou à 56° C pendant 15 minutes élimine les parasites de manière radicale. II en va de même
si la viande est congelée à - 20° pendant 18 à 24 heures ;

Se laver les mains après avoir manipulé de la viande crue ;

Nettoyer les surfaces de travail et ustensiles de cuisine qui ont été en contact avec de la viande crue ;

• Laver soigneusement les fruits et les légumes avant de les consommer ;

Porter des gants pour jardiner et se laver les mains si elles ont touché la terre ;

S'abstenir de boire du lait non pasteurisé, particulièrement du lait de chèvre.

Si la femme enceinte n'est pas immunisée :

II n'existe pas encore de vaccin contre la toxoplasmose. Néanmoins, une prise de sang avant la grossesse peut vous indiquer si vous avez déjà fait la maladie ou non. Si vous êtes enceinte et non immunisée, il est conseillé de faire contrôler votre sang régulièrement. Si vous contractez la maladie en cours de grossesse, on vous prescrira un antibiotique, dépourvu d'effets néfastes pour le foetus, qui doit être pris jusqu'à la naissance de l'enfant.

 

 
  Accueil - Copyright CSIC - Tous droits réservés - Agréments - website by creaone.be